Conférence commémorative John Sutton

John Sutton, un infatigable scientifique de l'exercice décédé en 1996, a longtemps été membre de la SCPE (anciennement l'ACSS). Depuis 1997, une conférence commémorative a lieu chaque année en son honneur à l'occasion du congrès de la SCPE.

Pour la cadre de reference, cliquez-ici.

Voici une liste des personnes qui ont donné la Conférence commémorative John Sutton ainsi qu'une notice biographique de John Sutton

Année Conférencier/conférencière Établissement d'attache
2014 Phillip Gardiner, Ph.D. Université de Manitoba
2013 Art Kramer, Ph.D. Institut Beckman
2012 Arend Bonen, Ph.D. Université de Guelph
2011 Claude Bouchard, Ph.D. Pennington Biomedical Research Center
2010 Terry Graham, Ph.D. Université de Guelph
2009 Roy Shephard, Ph.D. Université de Toronto
2008   Richard L. Hughson, Ph. D. Université de Waterloo
2007 Norman L. Jones, M.D.   Université McMaster
2006 John A. Faulkner, Ph. D. University of Michigan - Ann Arbor, Michigan
2005 Howard Green, Ph. D. Université de Waterloo
2004 Dr Mark Tarnopolsky, Ph. D., M.D., FRCP Université McMaster
2003 Dr Frank Booth University of Missouri - Columbia
2002 Dr Jerry Dempsey University of Wisconsin
2001 J. O. Hollozsy Washington University School of Medicine - St. Louis, Missouri
2000 Dirk Pette, M.D., Ph. D. Université de Konstanz - Allemagne
1999 Jean-Pierre Després  Université Laval - Québec, Canada
1998 Dr Russell Pate University of South Carolina
1997 Steven Blair, P.E.D. The Cooper Institute - Dallas, Texas

John Robert Sutton

31 mars 1941 - 7 février 1996

John Sutton, décédé d'une crise cardiaque le 7 février 1996 en Australie, est un éminent scientifique de l'exercice, une personnalité emblématique et un enthousiaste aventurier du plein air. Il est pendant de nombreuses années membre de la SCPE (anciennement l'ACSS). Le Dr Sutton obtient son diplôme de la Sydney Medical School à la University of Sydney en 1965, où il remporte le Robin May Graduating Prize pour son leadership et pour l'excellence dont il fait preuve dans ses études. Après avoir parcouru l'Inde, le Népal et la Chine à pied et sur le pouce, le Dr Sutton retourne à Sydney afin d'entamer sa résidence à la St Vincent's Hospital, où il devient chercheur universitaire en 1967. En 1972, une bourse d'études à l'étranger du Royal Australian College of Physicians le mène au Canada pour travailler avec MM. Moran Campbell et Norman Jones à Université McMaster. Bien que son affectation ne soit que d'une durée de deux ans, il reste pendant 17 ans avant de retourner au Cumberland College of Health Sciences de la University of Sydney en 1989. Pendant son passage au Canada, il devient professeur à la Faculté de médecine et membre associé du Département d'éducation physique de l'Université McMaster. Et c'est au cours de ces années qu'il devient, en Amérique du Nord et partout dans le monde, un leader en science de l'exercice et en médecine sportive.

Le Dr Sutton est un excellent scientifique qui sait user de son intuition et qui possède un large éventail d'intérêts en matière de recherche. Il est l'un des premiers chercheurs à caractériser les réponses endocriniennes à l'exercice ainsi que les problèmes médicaux associés à la pratique de l'exercice dans des conditions extrêmes de température. Il popularise la biopsie à l'aiguille de Bergström au Canada, et de pair avec ses collègues de l'Université McMaster et de l'Université de Waterloo, il agit à titre de cochercheur dans bon nombre d'études de référence portant sur le métabolisme des muscles. Néanmoins, il n'existe aucun doute sur le sujet de recherche de prédilection du Dr Sutton, à savoir l'hypoxie de l'altitude, sujet qui le mène à faire des expéditions vers le sommet de montagnes dans les Andes et sur le mont Logan, au Yukon. Il est l'élément moteur de l'étude de recherche Opération Everest II, qui est universellement reconnue comme la recherche la plus complète sur la fonction humaine et son adaptation dans des conditions d'hypoxie sévère. Cette étude, subventionnée par l'Institut arctique de l'Amérique du Nord et l'U.S. Army Research Institute of Environmental Medicine et regroupant des dizaines de scientifiques du Canada et des États-Unis, s'appuie sur un caisson hypobare pour simuler une ascension au sommet du mont Everest. Depuis sa réalisation en 1986, l'étude a donné naissance à de nombreuses publications qui ont grandement contribué à l'avancement de nos connaissances dans le domaine de la physiologie de la haute altitude. Les réalisations scientifiques du Dr Sutton comprennent plus de 300 rapports de recherche, 9 livres et plus de 60 chapitres de livres.

Sur le plan de la contribution professionnelle, le Dr Sutton est une véritable machine humaine. Il est un promoteur flamboyant et sans vergogne de la science de l'exercice et de la médecine sportive ainsi qu'un pilier dans l'organisation de congrès tels que le premier International Conference on Exercise, Fitness and Health [Congrès international sur l'exercice, l'activité physique et la santé] (Toronto, 1988), le 7e International Biochemistry of Exercise Conference [Congrès international sur la biochimie de l'exercice] (London, Ontario, 1988), le 31e International Olympic Committee World Congress on Sport Sciences [Congrès mondial du comité international olympique sur la science du sport] (Colorado Springs, 1989), les Ontario Sports Medicine Conferences annuels [Congrès sur la médecine sportive de l'Ontario] (Toronto, 1985-1989), et bien entendu, les Hypoxia Symposia [Symposium sur l'hypoxie] bisannuels qui ont vu le jour en 1981 (Banff et Lake Louise). Le Dr Sutton est très actif et visible au sein de l'ACSS et de l'ACSM et est président de l'ACSM de 1986 à 1987. Pendant son passage au Canada, il siège à d'innombrables comités de l'ACSS, de l'ACMS, de l'OMA et de l'ACSM, et prend part au comité éditorial de dizaines de journaux professionnels.

Toutefois, malgré ses impressionnants accomplissements scientifiques et professionnels, c'est John Sutton, la personne, que nous nous rappellerons probablement le plus. Il était une véritable bête de scène qui n'hésitait pas à citer le poète Robert Service ou à montrer un spectaculaire paysage de montagne afin de rendre une présentation ou une conférence plus captivante. Il était un voyageur passionné et un grand amateur d'exercice en plein air. Il a concouru dans bon nombre de marathons, y compris ceux de Londres et de Boston. Toutefois, c'était lorsqu'il se confrontait à des conditions extrêmes qu'il était le plus heureux : le Marathon canadien de ski à Montebello à -35 °C, la course de vélo dans le désert de Simpson à 40 °C ou l'ascension d'un sommet de 5000 m au Chili.

Il était un esprit universel qui appréciait l'histoire et la musique. Il était un connaisseur de bons vins et adorait faire la fête. Mais par-dessus tout, il était entièrement dévoué à sa famille. Et nous tenons à témoigner toutes nos sympathies à Yvonne et à ses filles, Caroline, Dianne et Joanne.

Tous ceux d'entre nous qui l'ont connu s'ennuieront de son rire chaleureux, de son enthousiasme, de sa bonne humeur contagieuse et omniprésente, et de sa présence plus grande que nature. En 54 ans, il est parvenu à condenser plus de bonheur, d'accomplissements, de voyages et d'amitiés que la plupart d'entre nous pourraient le faire en plusieurs vies. Peut-être, comme l'un de ses collègues l'a mentionné avec tant de justesse, John Sutton n'avait-il jamais été destiné à vivre vieux.

La SCPE tient à remercier M. Duncan MacDougall pour la préparation de cette notice biographique.

Mise jour en février 2015